Philippe Sarde, des notes pour l'écran

L’auteur consacre un livre à l’un des compositeurs les plus prolifiques du dernier quart du XXe siècle, trop rarement sollicité par la nouvelle génération de metteurs en scène.
Prix :
Description du livre Il est difficile d’aborder le cinéma français depuils les années 70 sans se pencher sur le travail de Philippe Sarde, né à l’écran avec “ Les choses de la vie” de Claude Sautet. En quatre ou cinq films, il est devenu le compositeur que tout le monde s’arrachait, fort de sa jeunesse et des nombreuses idées qui germaient lorsqu’il découvrait le film dans la salle de montage ou quand il discutait de la marche à suivre avec le metteur en scène. Considéré comme le plus cinéphile des musiciens européens, il est toujours parvenu à susciter l’originalité en s’inféodant au récit. Choisir Philippe Sarde impliquait d’abandonner les recettes traditionnelles et d’accepter des métissages et des formules inédites. On a tenu beaucoup de discours sur l’homme et sa musique. Il a fourni au cinéma des partitions devenues des classiques (“Vincent, François, Paul et les autres”, “Le choix des armes”, “Fort Saganne”, “ La guerre du feu”,). Depuis la disparition de ses cinéastes de prédilection, il s’est fait de plus en plus rare, attendant sans doute un projet d’envergure à la hauteur de son talent.

Auteur d’une quinzaine d’ouvrages, Daniel Bastié s’est toujours passionné pour le cinéma en général et la musique de film en particulier. Infatigable collectionneur, il a souvent mis sa plume au service de revues et de magazines spécialisés ( Cinéscope, Soundtrack, Les Fiches belges du Cinéma, Grand Angle magazine). Parallèlement, il excerce une fonction dans dans le monde de l’enseignement. Après Georges Delerue et Michel Magne, il consacre un livre à l’un des compositeurs les plus prolifiques du dernier quart du Xxe siècle et trop rarement sollicité par la nouvelle génération de metteurs en scène.