Le prix du pain - Pour que la terre ne meure - Tome 2

Ouvrage autobiographique et pédagogique sur la vie de nos anciens dans les campagnes d’autrefois...
Avec la collaboration du Foyer Culturel de Doische.
Description du livre

Dans ces ouvrages à la fois autobiographiques et pédagogiques, le lecteurs goûtera au monde de la campagne d’autrefois, redécouvrant au travers des anecdotes, d’expressions wallonnes et de description détaillées,  la vie de nos anciens, ceux dont les silences laissaient la parole à la terre pour en dire plus encore.

« ... ils parlent peu, du temps, de leurs peines. Leur regard erre sur la vaste plaine sur laquelle ils ont déjà répandu tant de sueur, qu'ils ont déjà arpentée si souvent. ils pensent aux mêmes choses et leurs pensées se rejoignent. ( ... )Le repas est vite terminé. Par habitude, chacun, on ne sait trop pourquoi, laisse un bout de tartine qu'il emballe dans le drap. Le soir, le gamin fouillera la besace et y trouvera ce croûton un peu desséché, que l'on appelle  «pwin d'agace»  et qu'il trouvera délicieux car il a l'odeur des champs. De ses gros doigts, l'un des laboureurs roule une cigarette. Une dernière gorgée de café. On s'essuie la bouche d'un revers de la manche de la grosse veste de velours. Bientôt, on se sépare et chacun retourne à son ouvrage ... »

 

Robert Fabry :

Né à Soulme le 2 juillet 1938. Né de parents agriculteurs, il vit une jeunesse rythmée par le travail à la ferme. Après ses études primaires à l’école du village, il fait ses “moyennes”au Collège St Joseph à Chimay. Il parachève son parcours scolaire par quatre années à l’école normale de Carlsbourg d’où il sort avec le diplôme d’instituteur. Il débute sa carrière dans le village voisin de Rosée qu’il ne quitte plus, s’investissant tant dans son école que dans la vie associative du village. Marié en 1965 à la fille de l’adjudant de gendarmerie de Rosée, il s’installe désormais dans le village et y fonde une famille de deux enfants. La nostalgie de “l’ancien temps” où l’on connaissait le prix réel des choses le pousse à faire revivre dans plusieurs ouvages les traces du passé de son village d’adoption : les fontaines, le tram, les lieux-dits. Ce sont ses racines plongées profondément dans la terre travaillée longtemps aux côtés de ses parents et de sa soeur qu’il nous raconte dans les deux tomes du “Prix du pain”. Robert Fabry nous a quittés le 4 novembre 2005.

Déja paru : le prix du pain Tome 1  - Sur le Baty -

 

Nombre de pages
252